mardi 8 octobre 2013

Musée du Luxembourg : La Renaissance et les Rêves


















Issue elle-même d’un rêve de vie nouvelle, la Renaissance a conféré aux songes, à leur interprétation, à leur représentation, une extraordinaire importance : dans la vie politique et sociale, avec le renouveau des pratiques divinatoires ; dans la littérature; dans les débats médicaux et théologiques, notamment lors de la terrible chasse aux sorcières qui du XVe au XVIIe siècle a sévi en Europe. Alors a fleuri ce que l’on pourrait appeler l’« ancien régime » du rêve, fondé sur l’idée que le sommeil et les songes nous mettent en relation avec les puissances de l’Au-delà. Entre les images de l’art et les images oniriques, existe-t-il une profonde affinité ? D’autre part, comment s’acquitter de l’impossible tâche de représenter ce que rêve un rêveur ? Aux XVe et XVIe siècles, si certains explorent le rêve en tant que révélation d’un autre monde, saint ou infernal, et si d’autres l’utilisent pour transfigurer le vécu quotidien ou montrer sa dimension érotique, chez les plus exigeants il est perçu comme une métaphore de l’art lui-même. À une célèbre exception près — celle de Dürer, évoquée à la fin de l’exposition —, les artistes de la Renaissance ne peignent pas leurs propres rêves. Ils peignent ceux des autres, ou ceux qu’ils pourraient avoir ; ils représentent tantôt des récits de rêve, tirés de la mythologie et de l’histoire sainte, tantôt des visions reconstruites qui se font parfois cauchemardesques. Mais tous se heurtent à la même difficulté : peindre le rêve, c’est-à-dire non l’apparence mais l’apparition, c’est vouloir objectiver l’inobjectivable. Tenter de peindre l’onirique, c’est donc, à bien des égards, transgresser les frontières de l’art.

Musée du Luxembourg
19 rue de Vaugirard
75006 Paris

Du 9 octobre 2013 au 26 janvier 2014
Tous les jours de 10h à 19h30
Nocturne lundi et vendredi jusqu'à 22h

Les 1er et 11 novembre, Le 1er janvier de 10h à 19h30
Les 24 et 31 décembre de 10h à 18h
Fermeture le 25 décembre.

Billetterie ici

Aucun commentaire:

Publier un commentaire