samedi 28 septembre 2013

Bienvenue à la Maison Fabre

Dans le cadre de mes nouvelles fonctions, responsable du flagship Maison Fabre à Versailles, je suis invité régulièrement à revêtir l'habit de guide touristique. Voilà la trame du discours que je livre aux touristes.

Bienvenue à la Maison Fabre




C'est en 1924, que la famille Fabre s'est installée à Millau pour commencer son activité de maître gantier. D'abord au sein même de la maison familiale, puis très vite dans l'atelier qui encore aujourd'hui est le même.
C'est en 1930, que Millau devint la capitale du gant, durant 40 ans. Si à l'époque on pouvait dénombrer pas moins de 70 ateliers, ils ne sont plus aujourd'hui que 4. L'engouement du gant ayant disparu peu à peu avec la masculinisation de la femme. Je veux dire par là, que le jour ou YSL a proposé à la femme moderne de porter des pantalons, le gant est devenu désuet. Pourtant, la maison à su pérenniser son activité. En fait, dès le départ il y a eu l'intention de proposer un produit de grande qualité, ceci étant, on a pu travailler pour toutes les grandes maisons : Hermès, Chanel, Karl Lagerfeld, Paul Ka...C'est ainsi qu'on a été capable de traverser les années difficiles.
Aujourd'hui, la famille Fabre connaît sa quatrième génération. Il s'agit de deux frères, l'un Jean-Marc travaille à Millau à la partie fabrication et logistique et Olivier, auprès du patriarche et de la grand-mère, et Olivier qui depuis Paris, a en charge le développement et la création.
Son arrivée dans l'affaire familiale a redonné du peps aux collections. Il s'est plongé dans les archives, a ressorti d'anciens modèles, mais les a proposés dans une large gamme de déclinaison de couleurs.
Sa formation de journaliste lui a donné un sens naturel à l'analyse et lui a permis d'oser changer les codes en respectant le savoir faire de la maison, notamment en insufflant du «fun», de la légèreté, dans les collections. il créa notamment le concept des gants d'été, il posa des petits noeuds, ou s'inspira des smarties. Il multiplia les collaborations avec les créateurs comme, Chantal Thomass et Zina de Palgny en 2013. Ce dernier célèbre spécialiste dans la réalisation d'imprimés, lui élabora un motif exclusif pour sa première collection de maroquinerie, crée pour l'ouverture de ce flagship à Versailles. Il collabora avec le cinéma, avec le film Grace de Monaco notamment. Grace Kelly à l'époque portait nos gants, aujourd'hui c'est Nicole Kidman qui les porte, ce faisant elle est devenue l'ambassadrice de la Maison. On lui a crée une vingtaine de paires. Enfin, Olivier aime rendre hommage, il a fait pour l'anniversaire de la disparition de Jean Cocteau. Pour l'occasion, la maison Fabre a recréée à l'identique le gant magique de la Belle et la Bête, en allant jusqu'à respecter la taille de main de Jean Marais, 8,5. Deux paires on été faites. L'une sera exposée au Musée des Lettres et Manuscrits à Paris, du 11 octobre au 25 janvier. L'autre sera installée dans les vitrine de la boutique du Palais Royal à l'occasion de l'exposition nationale : «Jean Cocteau, un poête au Palais Royal», du 12 octobre au 12 janvier. Après quoi, elle sera offerte au Musée du Gant de Millau.


Comme je vous l'ai dit, la Maison Fabre cultive les codes du luxe. Dans l'atelier entre 14 et 19 petites mains, selon la saison, s'affairent chaque jour. 
Afin de vous témoigner de l'ADN de la société, je vous invite à regarder une pièce de choix et de qualité, le gant en python par exemple. C'est une seule pièce, d'une très belle couleur, bien alignée, sans défaut. Et bien, ceci vaut pour tous les gants de la maison. Il y a un contrôle en amont et en aval. Le moindre défaut est traqué et ne peut se retrouver à la vente. 
Mesdames, Messieurs, si vous avez la moindre question n'hésitez pas. J'ajouterais que c'est bientôt Noël, profitez en pour faire vos cadeaux...

Maison Fabre

8, rue de la Chancellerie
Cour des Senteurs
78000 Versailles
à 70 mètres du chateau
Tél : 01 39 63 27 10

Aucun commentaire:

Publier un commentaire